Emménager en colocation : comment vivre la meilleure expérience ?

Le temps est enfin venu de quitter le nid familial ou votre studio de loup solitaire pour dire bonjour aux joies de la colocation ! Si emménager à plusieurs reste une super expérience, cela peut vite devenir un vrai casse-tête. Tâches ménagères, bail, accaparement de la bande passante, intimité non respectée… Pour réussir ce challenge communautaire, voici quelques conseils à mettre d’application au plus vite !

Bien choisir son ou ses colocataires

Il ne suffit pas d’être ami avec quelqu’un pour qu’une colocation se passe bien. Méfiez-vous de la tentation de vivre avec une personne très proche : les aléas de la vie quotidienne pourraient vous transformer en monstres sans cœur. Il est parfois plus sage de s’installer avec une simple connaissance, voire de parfaits inconnus. Dans ce cas, mieux vaut prévoir quelques rencontres préalables pour éviter les mauvaises surprises. Vous allez partager un toit, et c’est encore mieux de partager beaucoup d’autres choses : assurez-vous que vos horaires, habitudes, hobbys et caractères soient bien compatibles.  

La signature du bail : entrer et sortir d’une colocation

En Wallonie et à Bruxelles, il existe depuis peu le principe du "bail de colocation". Sous certaines conditions, un coloc peut maintenant quitter le bail sans affecter le reste de la troupe. Les conditions à remplir pour ce type de bail diffèrent légèrement en fonction des régions. À Bruxelles, il faut que le propriétaire et les locataires décident de faire un bail de colocation et le signent tous ensemble, ainsi qu’un pacte de colocation. Ce pacte règle à l’avance tous les problèmes susceptibles de se poser : répartition du loyer et des charges, entretien et réparations, garantie, etc. Si l’un des colocataires souhaite partir avant la fin du bail, il doit envoyer un préavis de 2 mois au propriétaire et aux autres locataires et trouver un remplaçant accepté par tous. S’il n’en trouve pas, mais qu’il peut prouver qu’il a tout fait pour, il peut être libéré du bail après 2 mois. Sinon, il reste tenu de toutes ses obligations pendant 6 mois.
En Wallonie, il faut également signer tous ensemble le contrat de bail et un pacte de colocation, mais pour bénéficier de ce régime, il faut prouver qu’il y a une vraie vie en commun. Celui qui veut quitter la coloc doit envoyer un préavis de 3 mois à tous et est aussi tenu de trouver un remplaçant. 

Le nerf de la guerre : trouver le bon logement

Avant de vous lancer dans l’aventure, il faut trouver un logement qui convient à tous. Sondez les quartiers de prédilection du groupe, regardez les transports à proximité, évaluez les distances vis-à-vis des lieux importants (travail, unif, supermarchés, etc.). Pensez également à choisir une surface suffisamment grande pour que chacun puisse jouir d’un espace d’intimité. Ne négligez pas le jardin ou la terrasse, c’est toujours un plus dans une coloc !

Le déménagement en colocation, on fait comment ?

Vous avez signé le bail ? Il va maintenant falloir déménager. Malgré un prix assez conséquent, les avantages de faire appel à des professionnels sont nombreux, surtout si vous avez la possibilité de grouper les déménagements et d’emménager avec votre coloc pour un seul forfait. L’avantage avec la colocation, c’est que la plupart des meubles sont déjà présents. Vous n’aurez donc pas beaucoup d’affaires à transporter le jour J ! S’il n’est pas encore en place, l’ameublement des communs se fait souvent au fur et à mesure, à grand renfort de brocante et de récup’.

Le secret : communiquer un maximum avec ses colocataires

Amenez au plus vite le sujet des courses, du ménage et du rangement sur la table, ainsi que les conditions pour recevoir des invités. N’oubliez jamais que le plus important, c’est de communiquer. Pour éviter qu’une mauvaise situation n’empire et que les contrariétés ne s’accumulent, il faut crever l’abcès. Si ce genre de conversations vous angoisse, créez un groupe Facebook ou WhatsApp pour faciliter vos échanges ! Plus old school : les bons vieux post-its sur le frigo !

Tous logés à la même enseigne : établir des règles et un planning des tâches

Vous l’expérimenterez bien assez vite : la répartition des corvées ménagères est le sujet qui fâche. Certains n’ont pas nécessairement la même notion de propreté que vous. Pour éviter que la coloc ne devienne un champ de bataille, inscrivez des droits et devoirs par écrit, établissez une liste ou un planning des tâches et instaurez une rotation afin que tout le monde mette la main à la pâte. Descendre les poubelles, c’est chacun son tour ! Le bon réflexe à adopter : toujours laisser les parties communes propres et rangées. Eh oui, la vie en colocation, c’est un vrai business !

Le point sensible : le budget

Pour éviter les tensions, anticipez la question financière. Mettez à plat le partage des charges, du loyer et des courses. Pour ces dernières, vous pouvez soit être partisan du chacun pour soi, soit faire des courses communes et diviser la note. Dans tous les cas, certaines dépenses devront être partagées, à moins d’attacher votre rouleau de papier toilette autour de votre cou. Comme on dit, les bons comptes font les bons amis ! Pour plus de facilité, faites un pot commun ou utilisez des applications de partage budgétaire pour ne pas vous embêter avec des comptes d’apothicaires.

Et pour l’offre internet, on fait comment en colocation ?

La question d’internet va forcément surgir, puisque le forfait entre dans les dépenses que vous assumerez en commun. Comment et combien payer l’abonnement à internet en colocation ? Avant toute décision, posez-vous les bonnes questions : comptez-vous prendre une TV ? Combien de personnes se connecteront en même temps au maximum ? Aurez-vous beaucoup d’appareils intelligents ? De combien de bande passante pensez-vous avoir besoin pour être à l’aise ? Où allez-vous placer le modem ? Y a-t-il des gamers ou des Netflix addicts parmi vos colocs ?

Choisissez des produits VOO adpatés à vos besoins, comme cela adieu les séries qui chargent à l’infini et les conf’ call qui freezent parce que Thomas est en plein stream sur Twitch. En optant pour une connexion ultrarapide et une solution wifi innovante qui fonctionne avec des pods à brancher, chacun captera en haut débit dans toutes les pièces de la coloc, même si la box est éloignée.

Question sécurité, l’application Plume de VOO WIFI+ vous apportera de nombreuses fonctionnalités très utiles en colocation, dont le système d’identification des appareils connectés et de gestion d’accès des invités. Car en coloc, on en voit défiler du monde ! La technologie HomePass® Access permet de partager votre wifi avec vos colocs ou invités de manière facile, sécurisée et personnalisable. Vous gardez un seul et unique wifi avec des mots de passe perso pour chaque utilisateur, tout en décidant à quels appareils ils ont accès. Atout majeur, vous pouvez aussi révoquer ces accès à tout moment, ou isoler certains profils pour éviter la propagation de potentiels virus et malware de leurs appareils vers votre propre réseau. Si d’ailleurs vous vous posez des questions relatives à la cybersécurité et à l’intrusion dans votre vie privée via vos appareils connectés, découvrez comment assurer la sécurité de votre coloc connectée. Toutes ces fonctionnalités sont disponibles via l’application Plume smartphone, incluse gratuitement quand vous souscrivez à l'option VOO WIFI+. 

Astuce

Découvrez toutes les infos nécessaires sur l'installation des produits VOO.

Utilisation des cookies