Le cinéma belge à découvrir en VOD

L’année a été difficile pour le secteur culturel et notamment pour le cinéma belge. Pas d’avant-premières, de tapis rouges ou de festivals. Et cela continue en 2021, cette année pas de cérémonie des Magritte ! Allons-nous baisser les bras ? Jamais ! Si vous ne pouvez pas aller au cinéma, c’est le cinéma belge qui viendra à vous ! 

Entry ticket to the cinema with popcorn around. Clipping path included.

VOO soutient le cinéma belge et tous ses acteurs ; tant les réalisateurs, que les acteurs et les techniciens. Comment me direz-vous ? Et bien en leur déroulant le tapis… bleu !

En collaboration avec la RTBF et l’Académie André Delvaux, VOO propose à ses clients de visionner les longs-métrages belges qui devaient être en compétition lors des Magritte 2021. Les cinéastes belges ont tourné des pépites, VOO se devait de vous les partager. Profitez de 10 longs-métrages en Vidéo à la Demande pour la modique somme de 1,99€ par film. VOO vous offre également la possibilité de découvrir gratuitement 5 courts-métrages de réalisateurs belges. Laissez le cinéma entrer chez vous !

Header facebook

Astuce

Comment regarder une vidéo à la demande depuis votre décodeur ? 

Les longs-métrages

"Adorables" de Solange Cicurel

Emma et Victor ont divorcé, mais tout se passe pour le mieux. Chacun a trouvé sa place dans ce nouveau quotidien. Tout bascule lorsque leur fille Lila entre dans la période redoutée par tous les parents : la crise d’adolescence. Cette famille jusqu’alors formidable va subir les crises de l’adolescente et Emma va devoir réagir. La bienveillance du début va se transformer en vraie guerre des nerfs, pour notre plus grand plaisir.

Après "Faut pas lui dire", pour lequel Solange Cicurel a remporté le Magritte du meilleur premier film en 2018, la réalisatrice et scénariste belge se penche sur le thème de la relation parent-enfant. Cette comédie intergénérationnelle déculpabilise cette pression de ne pas "faire comme nos parents". Emma, jouée par Elsa Zylberstein, va se découvrir et grandir en même temps que sa fille. Un film sur la crise d’adolescence et d’adulte, qui parle à tous les publics. 

"Adoration" de Fabrice Du Welz

Paul vit seul avec sa mère dans une clinique privée reculée entourée d’une dense forêt. C’est un garçon solitaire, qui dès qu’il le peut part s’évader dans les bois pour observer les oiseaux. Les riches pensionnaires de la clinique privée souffrent de maladies mentales. Le quotidien de Paul se trouve bouleversé par l’arrivée de Gloria une adolescente schizophrène. Elle est jeune, belle, terriblement mystérieuse, il en tombe amoureux. Leur aventure à deux commence comme un premier amour un peu fou.

Fort de ses longs-métrages couronnés de succès en Europe et à l’internationale, comme "Calvaire", "Alleluia" ou "Message from the king", Fabrice Du Welz nous emmène avec "Adoration" dans son univers de poésie et de violence. Ce premier amour qui fait pousser des ailes, nous ouvre les yeux sur le monde, cet état de grâce qui semble nous ramener à la vie, mais qui finit par nous détruire, un peu. L’amour pour seule motivation, quitte à se renier. Des décors poétiques et envoûtants, des acteurs puissants malgré leur jeune âge, la folie douce et destructrice de la maladie. C’est tout cela ce nouveau poème filmé qu’est "Adoration".

Astuce

Découvrez Fabrice Du Welz dans "HOMECINEMA", une émission disponible sur YouTube, où le réalisateur et scénariste belge interview une fois par mois les professionnels du Cinéma de Belgique ou d’ailleurs. 

"The Barefoot Emperor" de Peter Brosens et Jessica Woodworth

Après "King of the Belgians", retrouvez Nicolas III, votre roi préféré, qui part à a conquête de l’Europe, un peu malgré lui. Vous retrouvez le roi où vous l’avez laissé à la fin du premier volet : à Sarajevo lors de la reconstitution de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand. Sur place, Nicolas III prend une balle perdue. Lors de sa convalescence dans un sanatorium croate, des opportunités inespérées s’ouvrent à lui. Un vent nouveau souffle sur l’Europe et réclame un empereur.

Peter Brosens le Flamand et Jessica Woodworth l’Américaine. Un mélange détonnant qui se penche sur un genre différent de leurs anciens films, plus poétiques, avec ces deux volets des aventures du roi Nicolas III. Si "King of the Belgians" a été filmé sur un mode documentaire, "The Barefoot Emperor" est bien un film comique du genre, mais un film qui dénonce. Une critique satirique des politiques européennes et d’un fascisme pas si lointain. Un mélange savoureux de cinéma belge. 

"Bigfoot family" de Ben Stassen et Jérémie Degruson

Bigfoot part en Alaska combattre l’industrie pétrolière X-Trakt qui détruit les écosystèmes. Quelques jours plus tard, il disparait ! Son fils Adam et sa femme Shelly partent à sa recherche, accompagnés de Trapper le raton laveur et Wilbur l’ours maladroit. L’aventure commence !

Après le succès du film d’animation "Bigfoot Junio" en 2017, les deux réalisateurs repartent à l’aventure avec leurs personnages et ça fonctionne ! Le studio belge d’animation nWave Pictures, dirigé par Ben Stassen et Jérémie Degruson, n’a rien à envier aux studios américains. Avec les années, et le talent, ils se sont fait une place dans l’industrie de l’animation, avec des succès comme "Le manoir magique", "Le voyage extraordinaire de Samy" ou encore "Robinson Crusoé". Une success-story à la belge, remplie de travail acharné, de savoir-faire, de passion et d’humain. Savoir placer la communication et l’esprit d’équipe avant tout, voilà le secret.

Info

"Bigfoot family" est disponible en VOD à 3,99€ en SD et 4,99€ en HD.

"Filles de joie" Anne Paulicevich et Frédéric Fonteyne

Axelle, Conso et Dominique vivent à Roubaix. Elles traversent tous les jours la frontière franco-belge pour se prostituer en Belgique. Pour nourrir leurs enfants ou se construire un avenir, chacune trace sa route et essaye de s’en sortir.

Anne Paulicevich et Frédéric Fonteyne nous offre un portait de femmes, fortes et fragiles, qui restent dignes, différentes facettes de ce qu’est être une femme. Ils nous donnent à voir des corps meurtris et fatigués, mais qui veulent vivre, encore. Ce film poignant et fort, coproduit par VOO et Be tv, est d’ailleurs en lice pour les Oscars. 

"La forêt de mon père" de Vero Cratzborn

Jimmy est le père dont tout le monde rêve, charismatique, aimant et fantasque. Gina l’admire depuis toujours. Mais un jour Jimmy craque, lors d’une crise psychotique il met Gina et ses frères et sœurs en danger. Sa femme décide de le faire interner pour son bien, mais Gina ne le supporte pas. C’est décidé, elle va sauver son père quoiqu’il en coûte.

Ce film est un exemple de collaboration réussie entre la Suisse, la France et la Belgique. Un subtil mélange de professionnels du cinéma pour créer un univers intimiste autour de cette famille, des liens du sang, de l’amitié et de l’amour. Ce long métrage a été sélectionné au FIFFN en 2019.

"Jumbo" de Zoé Wittock

Jeanne est aussi timide et introvertie que sa mère Margarette est excentrique et solaire. Les deux femmes vivent en huis clos une relation fusionnelle. Jeanne, qui ne s'est jamais intéressée aux hommes, tombe sous le charme de Jumbo, une attraction du parc dans lequel elle travaille.

Ce film dramatique belgo-luxembourgeois a été présenté au festival Sundance en 2020. C’est le premier long-métrage de la réalisatrice Zoé Wittock. Elle s’est inspirée de la vie d’Erika Eiffel, atteinte d’objectophilie, qui a épousé la Tour Eiffel. Ce long-métrage nous aide à ouvrir le champ des possibles, il nous interroge sur le regard à poser sur l’autre et sur ses différences. 

"Losers revolution" de Thomas Ancora et Grégory Beghin

Quatre amis étaient les têtes de turc de leur lycée, ils ont grandi et un membre de la bande décède. Ses dernières volontés ? Que ses potes se rendent à la soirée des anciens élèves et rependent ses cendres sur toutes les brutes de leur passé, tout ça en ayant la classe.

Prenez une brochette d’acteurs belges qui montent (comme Kody Kim, Thomas Ancora et Clément Manuel), un pitch tiré des grosses productions américaines (le retour des losers du lycée qui ont réussi), ajoutez de l’humour belge et une situation qui dégénère et vous obtenez "Losers révolution". Montée grâce à l’appel à projet du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie Bruxelles, cette comédie légère donne un coup de frais à ce fichu 2020. 

"Lucky" d’Olivier Van Hoofstadt

Willy et Tony croulent sous les dettes. Pour se faire de l'argent, ils ont l’idée brillante de voler un chien de la brigade des stups. Ils vont devoir s’associer à Caro, une flic corrompue pour s’en sortir.

Quand le réalisateur de "Dikkenek" sort un film il faut le voir, point. La recette fonctionne à merveille dans "Lucky" : des quiproquos, des perles de dialogues et une brochette d’acteurs hallucinante (Florence Foresti, Michaël Youn, Kodi Kim, François Berléand, Fred Testot, Sarah Suco, Yvan Ivanonv et même Corinne Masiero). 

"Noura rêve" de Hinde Boujemaa

Le mari de Noura est en prison, elle s’occupe seule de ses trois enfants et tente de s’en sortir. Elle aime un homme, mais en Tunisie les choses ne sont pas si simples. L’adultère est puni d’emprisonnement et d’amende. Noura va devoir choisir entre l’amour ou le devoir.

Cette production franco-belgo-tunisienne montre le quotidien des femmes qui doivent encore se battre pour leurs droits dans une société relativement machiste. "Noura rêve" a été nominé au Festival International du Film de Toronto, un film qui dépasse nos frontières pour peut-être ouvrir les consciences. 

"Pompéi" de John Shank et Anna Falguères

Victor et Jimmy comptent l’un sur l’autre, dans la bande ces deux frères sont soudés. Il y a des règles et il faut les suivre. Mais quand Billie déboule dans leurs vies, tout va changer. L’équilibre du groupe va vaciller et finir par se briser. Il ne faut jamais sous-estimer la puissance d’une jolie fille.

L’apprentissage de l’amour et de la vie, dans une région désertique indéfinissable, des jeunes livrés à eux-mêmes, l’amour et le sexe qui se mélangent. L’amitié et la fraternité de l’adolescence brisées par le choc de l’âge adulte qui pointe son nez. "Pompéi" est un film chaud, brûlant même, de vie et de désillusions. 

"Yummy" de Lars Damoiseaux

Un voyage en Europe de l’Est pour une opération de chirurgie esthétique, vous aussi cela vous semble une mauvaise idée ? Vous avez raison. Un jeune couple et la mère de la jeune femme se rendent dans un hôpital pour un lifting et une réduction mammaire, cela ne va pas du tout se passer comme ils l’espéraient. L’hôpital teste un traitement de rajeunissement expérimental qui rend les patients cannibales. Comment vont-ils s’en sortir ?

"Yummy" est en mix entre film d’horreur et comédie. Entre deux bras arrachés, ou pieds grignotés, vous ne pouvez vous empêcher de rire avec ces personnages tellement loufoques et décalés. Retrouvez l’acteur Tom Audenaert, loin de ses rôles de "La Trêve" ou "Unité 42" dans un personnage... décoiffant. 

Astuce

Découvrez les meilleures séries belges à voir absolument.

Les courts-métrages

"Icare" de Nicolas Boucart

Sur une minuscule île couronnée de falaises abruptes, vit un vieil homme isolé, Léonard. Cet inventeur est obnubilé par la concrétisation de son rêve le plus cher : voler, voler rien qu'à la force des bras. Pour lui, seul une âme pure, légère, naïve est capable d'un tel exploit. Joseph, huit ans, semble être le parfait candidat.

"Icare" a été fortement remarqué dans de nombreux festivals belges et internationaux. Il a été récompensé du Magritte du Meilleur Court-Métrage en 2019 et représentait la Belgique pour les Oscars la même année. Le réalisateur est actuellement en préparation de son premier long-métrage, "Dévolution" produit par Tarantula.

"Une sœur"  de Delphine Girard

Une nuit. Une voiture. Une femme en danger. Un appel. 

"Une sœur" a été récompensé dans de très nombreux festivals belges et internationaux. Il était également en compétition aux Magritte du Cinéma en 2019 et représentait la Belgique pour les Oscars en 2020. La réalisatrice Delphine Girard est actuellement en préparation de son premier long-métrage, "Mado", produit par Versus.

"Famille" de Catherine Cosme

Lisa et Houria sont deux mères. L'une fuyant la guerre, l'autre ouvrant les portes de son foyer en Europe. Lisa accueille Ahmed, Houria et leur fille Nour le temps de leur convocation au service des étrangers. Entre bienveillance et difficulté de communiquer, le doute et la peur s'installent peu à peu dans l'intimité de Lisa : qui est cette famille ? 

Catherine Cosme est réalisatrice, décoratrice ("La Trêve"), costumière ("Les Rayures du zèbre") et directrice artistique ("Noces"). Son le précédent court-métrage "Les Amoureuses" concourrait aux Magritte en 2017. Elle est actuellement en cours de développement de son premier long-métrage produit par Hélicotronc.

"Sous le cartilage des côtes" de Bruno Tondeur

C'est l'histoire d'un mec qui va mourir... Peut-être.

Les courts-métrages d’animation de Bruno Tondeur, à l’univers si particulier, ont été largement remarqués en festival et notamment à Anima où il a déjà remporté par deux fois le Prix Be tv du meilleur court-métrage. Bruno Tondeur travaille actuellement sur son prochain court-métrage "All Exclusive" produit par Take-Five.

"The Glorious Peanut" de Fred De Loof

Patrick voudrait avoir des amis et surtout une petite amie... Griette par exemple, la petite fermière flamande du village dont il a toujours été amoureux. Mais sans cheveux, il sait qu'il ne pourra jamais se faire d'amis et encore moins se faire la petite Griette. Jusqu'au jour où il va manger une cacahuète qui va chambouler sa vie...

"The glorious peanut" ainsi que le premier court-métrage du réalisateur ("Les pigeons, ça chie partout") ont été récompensés du Prix Be tv du Meilleur court-métrage au Brussels Short Film Festival. L’univers atypique et déjanté du réalisateur a conquis le public dans de nombreux festivals. Fred De Loof a réalisé "Baraki", série de 20 épisodes de 26 minutes diffusée sur Be tv au mois de mars 2021. Il est également en post-production de son premier long-métrage "Totem". Tous deux sont des coproductions VOO et Betv.

Astuce

Avec VOOmotion vous avez le choix de regarder tout ce que vous voulez, sur tous les devices. Vous pouvez consulter toutes vos chaînes favorites, l'entièreté du catalogue VOD, soit des milliers de films à la demande, ainsi que le catalogue à la demande de Be tv. Voilà de quoi streamer, à volonté, sur tous vos écrans.

Vous pouvez bien évidemment accédez à toutes les chaînes, à vos enregistrements, et votre catalogue de Vidéo à la Demande et votre catalogue Be tv grâce à votre box évasion.