Internet en toute sécurité : Evitez malwares, phishing et cyberattaque

Naviguer sur internet oui, mais pas à n’importe quel prix et surtout pas au prix de vos données. Piratage, virus, phishing, ransomware, … des mots qui peuvent intriguer ou vous faire peur. On vous explique tout ce qu’il y a à faire ou pas !

Qu’est-ce qu’un mot de passe sécurisé ?

Installer la meilleure alarme possible ne vous sera d’aucune aide si vous laissez constamment une porte ouverte. Ça vous semble logique ? Dans ce cas, n’oubliez pas de vous protéger avec un mot de passe, c’est la première porte pour accéder à vos données.

Avant toute chose, prenez conscience qu’utiliser le même mot de passe sur tous les sites, c’est comme avoir une seule clé qui ouvre à la fois votre maison, votre voiture et votre coffre à la banque, par exemple. Si quelqu’un parvient à vous voler cette clé, il aura accès à votre vie entière. La première règle à suivre pour éviter le piratage est donc d’utiliser un mot de passe différent pour chaque plateforme.

D’autre part, tout comme le paillasson devant votre porte d’entrée est le premier endroit où un cambrioleur cherchera le double de vos clés, choisir la date de votre mariage, le nom de votre chien ou l’anniversaire de votre fils comme mot de passe est une idée à ne pas suivre. Un inconnu ne peut pas connaître le nom de votre chien ? Mais il connait votre nom, et via Facebook, il peut trouver la page de votre fils. Et sur cette photo que votre fils a publiée l’année passée, ne s’agit-il pas de votre chien dont le nom est indiqué en description ? Et voilà ! Voici un exemple de la façon dont votre mot de passe peut être trouvé.

Convaincu ? Dans ce cas, il ne vous reste plus qu’à suivre les conseils de la CNIL pour créer un bon mot de passe.

Comment savoir si une connexion est sécurisée ?

Vous avez sûrement déjà vu, devant certaines maisons, une signalisation indiquant qu’elle est protégée par une alarme. Saviez-vous que les sites internet bénéficient également de ce type d’avertissement ?

Astuce

Pour une protection maximale, des solutions qui bloquent automatiquement les accès aux sites dangereux existent.

Alors, comment détecter une connexion non sécurisée et s'en protéger ? Tout simplement, avez-vous déjà remarqué que certains sites internet débutent par « https » tandis que d’autres affichent seulement « http » ? C’est justement ce petit « s » qui fait toute la différence. En effet, l’acronyme HTTP (HyperText Transfert Protocol) désigne un protocole de communication, c’est celui-ci qui permet à votre navigateur de communiquer avec les serveurs des sites que vous consultez. HTTPS, c’est ce même protocole, mais dans sa version chiffrée. Lorsque cet acronyme apparaît dans la barre de lien, ça signifie qu’une autorité réputée fiable a remis un certificat d’authentification au site que vous visitez. Il ne s’agit donc pas d’un site douteux.

Sachez que certains navigateurs afficheront automatiquement un message d’avertissement vous informant que la page n’est pas sécurisée lorsque la page n’est pas en HTTPS. Ceci ne vous empêchera pas de visiter la page, mais vous devrez redoubler de vigilance, en évitant par exemple de lancer des téléchargements ou d’y encoder votre carte de crédit.

Le Phishing, qu'est-ce que c'est ?

En définition, le phishing, ou « hameçonnage » en français, est une technique utilisée par les fraudeurs pour obtenir des renseignements dans le but d’usurper votre identité. Cette technique consiste à se faire passer pour un tiers de confiance (votre banque, votre fournisseur d’énergie, un site de vente aux enchères comme eBay ,…) en vous demandant de fournir des informations personnelles telles que votre mot de passe, le numéro de votre carte de crédit, une photocopie de votre carte d’identité, … Mais attention, ce n’est pas nécessairement visible au premier coup d’œil ! En effet, un sondage ou un concours peuvent également être une entrée en matière idéale !

Pour vous mettre en confiance, les fraudeurs sont prêts à tout ! Ainsi, ils vont reproduire fidèlement le site internet de l’organisme auquel vous pensez vous adresser et, à la seconde où vous entrerez vos codes personnels, ceux-ci seront récupérés par la personne qui tente de vous hameçonner.  Elle pourra alors s’en servir pour vous voler de l’argent ou vos données personnelles.

Il est important de savoir que votre boîte e-mail n’est pas le seul canal par lequel les fraudeurs peuvent s’en prendre à vous, votre téléphone peut également être la porte d’entrée vers ces sites d’arnaques via l’envoi d’un SMS. On parlera alors de « SMiShing ».

« Ransomware », qu’est-ce que ça signifie ?

Plus sournois que le phishing, le Ransomware (ou logiciels de rançon) bloque l’accès à votre système informatique et réclame une rançon pour lever la restriction, allant même parfois jusqu’à vous menacer de supprimer la totalité de vos données à la fin d’un compte à rebours.

Ces logiciels, créés par des escrocs doués en informatique, peuvent s’introduire dans votre ordinateur lors de la visite d’un site web non sécurisé ou au moment de l’ouverture d’une pièce jointe liée à un e-mail frauduleux. Contrairement au phishing qui tente de gagner votre confiance, le ransomware cherche à créer la peur, à vous pousser à agir sans réfléchir et dans la précipitation, la pire chose à faire.

Quels sont les autres risques ?

Les risques de sécurité sont monnaie-courante aujourd’hui. Phishing et Ransomware sont les plus célèbres, mais de nombreux autres existent.

Qu’il s’agisse de pirater votre réseau via internet ou de se connecter à votre wifi, d’escroqueries par e-mail (avez-vous entendu parler de ce fameux prince Nigérien qui veut vous léguer ses biens ?), de virus dans des logiciels et médias téléchargés illégalement ou encore de failles de sécurité dans les objets connectés, les risques sont nombreux. Il existe toutefois des solutions de sécurité qui vous protègent de ce genre d’attaque.

Pour cette raison, il est essentiel d’être prudent lorsque vous naviguez, même sur des sites qui vous paraissent totalement anodins. Remettriez-vous en cause la parole de votre ami qui vous contacte depuis l’étranger pour vous demander de le dépanner urgemment de quelques centaines d’euros à verser sur un compte Western Union ? Et pourtant, un coup de fil suffit pour vous rendre compte qu’il n’est pas du tout à l’origine de ce message.

Comment se protéger du piratage et des arnarques ? Il suffit de prendre quelques minutes pour vérifier le lien d’une page, le pseudo d’un compte Instagram ou encore l’identité de votre interlocuteur sur Messenger pour se prémunir des arnaques. A côté de ça, il est important de savoir choisir ses alliés contre les menaces. Activer un bon antivirus sur votre ordinateur, votre tablette et votre smartphone, ça peut faire toute la différence.

Assurer une sécurité complète

D’autre part, sachez qu’à côté de votre antivirus, il existe des solutions complémentaires qui vous permettent de garantir la protection totale de votre habitation contre le piratage. Par exemple, le système de cybersécurité AI Security de Plume vous permet d’assister votre antivirus afin de bloquer automatiquement les sites dangereux grâce à une liste continuellement mise à jour de plus de 27 Milliards d’URLs et 600 Millions de domaines.

Par ailleurs, son intelligence artificielle pourra analyser en temps réel le comportement de chaque appareil connecté à votre réseau wifi afin de détecter par exemple le comportement inhabituel de votre caméra connectée.

Eviter et dénoncer les arnaques

Devez-vous cesser toute interaction numérique pour vous prémunir des arnaques ? Bien sûr que non, il serait dommage de se priver de tout ce qu’internet peut vous offrir. L’important, c’est de savoir comment agir face à ces arnaques.

Bien sûr, il peut arriver à tout le monde de commettre une erreur. Pour cette raison, il existe des organismes permettant de signaler les tentatives de piratage ou d'arnaque. Grâce à l’initiative du Centre pour la Cybersécurité Belgique et son service opérationnel CERT.be, une plateforme est à votre disposition pour vous donner toutes les informations dont vous avez besoin.

Toutes les images de cet article sont créditées par stories - www.freepik.com

Utilisation des cookies