Génération influenceurs : qui sont-ils ?

Vous les adorez ou les détestez, mais on ne peut pas nier que les influenceurs sont partout, spécialement sur nos téléphones portables et écrans d’ordinateurs. 

influenceurs

Mais l'emprise des influenceurs va souvent au-delà des réseaux. Comment garder un esprit critique face à la vie rêvée qu’ils reflètent et la profusion de partenariats commerciaux plus ou moins cachés ? On vous explique qui est cette génération d'influenceurs et comment ils entrent dans nos vies. 

Astuce

Pour bien scroller sur Instagram il faut un bon wifi

Influenceurs, c’est quoi ?

Entré dans le dictionnaire en 2017 en même temps que" googleliser", "retweeter" ou "gamer " le terme "influenceur" désigne une personne qui dispose d’une notoriété dans un domaine spécifique grâce à sa présence sur internet. Son succès va de pair avec la taille de son audience et l’engagement de sa communauté. Fitness, food, beauté, sport, gaming, voyage, etc. À chacun sa spécialité. En alimentant leurs comptes de contenus inspirants et de moments personnels (majoritairement sur Instagram ou YouTube), ces stars du net nous font entrer dans leurs vies idéalisées. À tel point qu’on les considère presque comme des amis et qu’ils finissent par influencer nos goûts et nos décisions d’achat, sans qu’on pense à remettre leurs images et paroles en doute.

Les influenceurs, les marques et nous : y a prescription !

Mais pourquoi passons-nous notre temps à suivre de parfaits inconnus ? Tout simplement parce qu’ils nous vendent du rêve, un rêve à portée de main. Conseils, inspiration, humour, voyage… ils nous font sortir de notre quotidien le temps d’un scroll, et on se plait à imaginer que ça pourrait être nous avec ce cocktail fluo à la main sur cette plage paradisiaque. Au fil des publications, une relation de confiance se met en place et on aura tendance à se diriger vers les produits qu’ils préconisent. Si Kylie Jenner et Jeanne Damas trouvent ce legging trop cool, c’est qu’il l’est, non ? 75% des internautes reconnaissent d'ailleurs avoir acheté un produit après la publication d'un influenceur. Ce n’est pas rien. Les marques n’ont évidemment pas mis longtemps à flairer le bon filon. 

Astuce

Étouffé sous les comptes à follower ? Et si vous entamiez une détox digitale ? 

Influence ou manipulation ?

Breaking news : Instagram n’attirerait pas que des influenceurs honnêtes. Ah bon ?
Pour ne pas perdre en coolitude en passant pour des vendus, seulement 53% des influenceurs utiliseraient un hashtag nous informant d’un partenariat avec une marque. La limite entre le placement de produit bidon et le conseil sincère est donc de plus en plus difficile à cerner. Cette console, elle est vraiment démente ou bien Squeezie a été payé pour en faire la pub ? Et cette crème antiride, est-elle vraiment efficace ou Caroline Receveur a retouché sa photo ? Et quid de ce thé détox ? De ce kit de blanchiment dentaire ? Les exemples sont innombrables.

Mais il y a encore pire que ces placements de produits peu objectifs. Certains influenceurs sans foi ni loi abusent de techniques encore plus vicieuses. Dropshipping (vendre un article de luxe à un prix abordable, en réalité issu d’une marketplace chinoise), live de giveaway (appel aux dons en échange de codes promo bidons), achats de likes et followers, faux comptes, etc. D’ailleurs, est-ce bien votre influenceuse préférée qui se cache derrière ce nouveau compte Instagram ?

Ces techniques sont problématiques pour plusieurs raisons. La première est le respect qu’on doit aux influenceurs, les vrais. Développer une communauté engagée avec du contenu engageant, c’est un job à temps plein qui nécessite du talent, de l’empathie et de la patience. À cause de ces abus, certains influenceurs honnêtes sont discrédités et perdent la confiance des internautes. Ensuite, ça n’arrange pas les marques non plus. Elles doivent se démener pour faire le tri dans tous ces faux comptes et ces profils boostés à l’engagement fictif. Et finalement, ça nous pose un gros problème, à nous aussi. Comment éviter de tomber dans le panneau ? Comment faire la différence entre la sincérité et la recherche de profit à tout prix ?

Les bons réflexes pour faire le tri dans ses abonnements

Si vous doutiez de l’honnêteté d’un influenceur, voici quelques trucs et astuces qui devraient vous permettre de démasquer les entourloupes et d’appuyer sur le bouton "unfollow" si nécessaire.

Pour juger si une publication est un réel avis ou un partenariat

  • Si le post comprend les termes "publicité", "sponsoring", "sponsorisé par", "en collaboration avec", #spon, #pub, #prom, #adv, #sample, c’est qu’il est le fruit d’un partenariat. Depuis 2018, les partenariats sur Instagram doivent être clairement identifiables comme tels afin de garantir une communication transparente. Malheureusement, le cadre légal est encore flou et la mention ne prévient pas des arnaques.
  • Vérifiez si la mention développée par Instagram "Partenariat rémunéré avec" suivie de la marque concernée se trouve entre le nom d’utilisateur et l’image du post. Si oui, alors ça coule de source.
  • Faites chauffer vos neurones. Si un produit placé dans la photo n’a en principe rien à y faire ou semble maladroitement mis en scène, c’est bien souvent une publicité et l’influenceur est rémunéré (avec de l’argent ou des cadeaux). Si les louanges sont trop poussives et ressemblent à un communiqué de presse, c’est bidon aussi.

Pour démasquer les fake accounts ou les achats de followers

  • Cherchez la petite pastille bleue qui authentifie le compte pour les personnalités publiques ou les célébrités.
  • Penchez-vous sur le taux d’engagement : le nombre de likes et de commentaires sur le nombre total d’abonnés : si vous obtenez moins de 2 %, le compte est clairement suspect.
  • Inspectez les followers. Les "faux followers" ou les followers achetés ont rarement une véritable identité. Les profils seront donc vides, remplis de fausses photos ou inactifs depuis des années.
  • Observez la qualité des commentaires. Si les commentaires ressemblent tous à "jolie photo" ou "j’adore "suivis d’une flopée d’émojis, ils ont sans doute été laissés par des bots.
  • Vérifiez le ratio entre personnes suivies et followers : les faux profils suivent souvent des milliers de comptes mais sont peu suivis.
  • Si vous avez encore des doutes, contactez les influenceurs. Un utilisateur avec une audience acquise naturellement prendra le temps de la rassurer. Bon, pas sûr qu’Alexa Chung vous réponde, mais qui ne tente rien n’a rien.
  • Il existe aussi des outils en ligne pour faire le boulot à votre place et scanner des comptes, comme Inssist ou Hypeauditor. 

Tout est question d’équilibre

Le monde des influenceurs n’a pas forcément bonne presse et ces abus de confiance n’aident pas. Or, la plupart ne méritent pas cette haine. Être influenceur en 2020, c’est une passion pour certains, un réel boulot pour d’autres. Et comme tout travail mérite salaire, libre à eux de le monétiser comme ils l’entendent tout en maitrisant leur crédibilité et respectant leur audience. Nombreux sont ceux qui suivent encore une ligne éditoriale exemplaire, honnête et inspirante. Et certains mettent même leur notoriété au service de la bonne cause.

Pensez juste à challenger le profil de vos influenceurs préférés tout en gardant en tête que cette "influence" est souvent à double tranchant. Si vous avez l’impression d’avoir une vie insipide ou d’être un gros boudin dès que vous scrollez sur Instagram, il est peut-être temps de faire un tri dans vos abonnements. Sans oublier que ces dérives liées à la santé mentale sont encore plus incisives chez les jeunes, qui ne parviennent pas à différencier vie réelle et vie photoshopée. Donnez-leur les outils pour séparer le vrai du faux, parlez-en avec eux et n’hésitez pas à faire appel au contrôle parental afin d’éviter une trop grande exposition face à ce genre de contenu toxique.

Sur ce, on vous laisse à vos vidéos d’unboxing.

Utilisation des cookies