Comment bien gérer vos e-mails et diminuer leur empreinte écologique ?

Parfois drôles, souvent urgents, les e-mails font partie intégrante de notre quotidien. À tel point qu’on en oublierait presque leur impact environnemental. Découvrez ici comment mieux gérer votre messagerie, éviter les "Reply to all" anxiogènes et ainsi réduire votre empreinte carbone numérique.

email empreinte écologique

Qu’il est beau, ce monde virtuel gouverné par le wifi sur lequel nous surfons chaque jour !  En plus de l’instantanéité de l’information, on sauve des arbres ! La communication dématérialisée, l’usage des e-mails à la place du papier et des transports physiques. C’est bien mieux pour la planète, non ? Pas tout à fait : loin d’être verte, notre consommation gourmande d’internet coûte cher en énergie et pèse lourd en émissions carbone. On ne s’en rend pas compte, mais chaque clic en ligne génère du CO2 et a donc sa part de responsabilité dans le réchauffement climatique. Actuellement, le secteur du numérique génère 4% des émissions mondiales. En gros : cliquer, c’est polluer.

Pour réduire votre empreinte carbone, vous pouvez commencer par mieux gérer votre boîte mail. Car si votre messagerie fait office de placard dans lequel vous stockez toutes sortes d’affaires inutiles, elle ne souffrirait pas d’un peu de rangement. En plus d’avoir un effet bénéfique sur votre productivité, cela allégera aussi votre impact environnemental.

Quel est l’impact écologique d’un e-mail ?

Les impacts environnementaux liés à nos e-mails proviennent essentiellement de nos ordinateurs et du stockage des données sur les serveurs, appelés datacenters. Ce sont eux qui ont des effets ravageurs en matière de consommation d’énergie et d’épuisement des ressources.

19 grammes de CO2, c’est ce que laisse comme empreinte carbone l’envoi d’un e-mail de 1 Mo. Ça peut grimper jusqu’à 50 grammes selon la taille de la pièce jointe. Sachant qu’en 2019, 293,6 milliards d'e-mails sont envoyés et reçus chaque jour dans le monde, ça commence à faire beaucoup. Dans cette optique, envoyer une photo de votre bébé trop mignon à dix amis équivaut à parcourir 500 mètres en voiture. Un employé de bureau qui envoie et reçoit 140 mails par jour produit au cours d’une année autant de CO2 qu’un vol Genève-Milan. Pourquoi ? Car même si vos amis n’habitent pas loin, votre e-mail envoie des données vers les datacenters, situés aux États-Unis pour la majorité des boîtes que nous utilisons (Gmail, Yahoo, Hotmail etc.). Votre mail parcourt donc des milliers de kilomètres en transitant par des routeurs et serveurs qui consomment de l’énergie pour fonctionner et nécessitent d’être refroidis. Eh oui.

Et les vieux e-mails qui dorment dans votre boîte ? Sachez qu’un mail stocké génère 10 grammes de CO2 par an, autant qu’un sac plastique. Même non lues, leurs données restent stockées dans les datacenters, qui consomment. Bref, ceux qui s’imaginaient que l’e-mail était écologique tombent sans doute de haut. Mais bonne nouvelle : avec des gestes simples, vous pouvez réduire cette empreinte carbone.

Nos 10 conseils pour réduire l’impact écologique de vos e-mails

Désabonnez-vous des newsletters intrusives et inutiles

Tous les matins, 11h, c’est une avalanche de newsletters et promotions en tout genre qui s’abat sur votre boîte de réception. Vous ne les ouvrez même plus, ils filent directement à la corbeille. C’est peut-être le moment d’utiliser l’une de ces nombreuses applications qui vous permettent de visualiser instantanément la liste de tous vos abonnements et de vous désinscrire facilement. Les plus connues sont Cleanfox et UnrollMe. 

Nettoyez votre boîte mail

Plus un mail est conservé, plus il pèse sur l’environnement. Pourquoi garder des messages que vous n’ouvrirez plus jamais ? Au lieu de perdre du temps à tout classer dans des sous-dossiers comme un monomaniaque, supprimez-les ! Videz ensuite la corbeille, car ces mails stockés consomment aussi. Cela dit, la plupart des impacts carbone d’un mail se situent dans la phase de son transport. Les supprimer, c’est toujours ça de pris, mais le mieux est d’apprendre à bien les gérer, comme expliqué ci-dessous.

Limitez l’envoi de pièces jointes

Plus votre mail sera lourd, plus son empreinte carbone sera importante. Est-ce que vous avez vraiment besoin d’envoyer cette photo de votre chat qui s’étire au soleil en HD ? Bon, si la réponse est oui, envoyez plutôt un lien wetransfer ou compressez le fichier, afin de réduire la taille du message. La planète vous en sera reconnaissante.

Rédigez vos mails au format texte plutôt que HTML

Ce format est 12 fois moins lourd et donc moins énergivore. Si vous n’avez pas besoin d’un lay-out spécifique, de couleurs pastels et autres soucis de mise en page, c’est une astuce facile.

Supprimez si possible votre signature de mail

Quand elle n’est pas nécessaire, votre signature avec le logo de votre entreprise va elle aussi alourdir vos e-mails, tout comme le font les pièces jointes. Dans un premier mail, elle est utile. Mais après ?

Ne multipliez pas les destinataires

Allez-y mollo sur l’usage du "cc" et limitez les envois groupés. Selon l’ADEME, envoyer un e-mail à 10 destinataires multiplie par 4 l’impact sur le changement climatique. Au boulot, votre équipe entière n’a pas besoin d’être au courant de tout. Plus vous multipliez les destinataires de vos messages, plus vous augmentez le nombre d’e-mails reçus en réponse. Puis les grandes chaînes de mails, on sait bien ce que ça donne : les plus grosses bavures et gênes de l’histoire de l’e-mail professionnel.

Structurez bien vos e-mails pour éviter les échanges interminables

Le contenu de votre e-mail peut faire la différence. Soyez clair dans vos propos, utilisez des bullet points et des paragraphes pour organiser vos idées et optimiser la lisibilité du message. Rédigez efficace, avec des phrases courtes et des termes simples. Vous verrez, ça fera du bien à tout le monde, pas uniquement à la planète !

Désactivez vos vieilles adresses mail

Vous étiez plutôt Sk8ter007@hotmail.com, ou ch0upinette_666 ? Qu’importe : supprimez ces vieilles adresses e-mail sur lesquelles vous ne vous connectez plus jamais et où s’entassent des milliers de courriers non lus. Si vous vous souvenez encore du mot de passe, bien sûr.

Utilisez un filtre antispam

Ces petits e-mails vicieux sont loin d’être innocents en ce qui concerne l’empreinte carbone de votre boîte de réception : même non ouverts, ces indésirables produisent 0,3 g de CO2. Les e-mails continuent donc à dépenser de l’énergie pour leur stockage. Installez un antivirus avec fonction antispam, comme VOO Internet Security. Les spams reçus sur votre boîte mail seront automatiquement filtrés.

Privilégiez le téléphone ou le face-to-face

Dans beaucoup de situations professionnelles, contacter directement votre collègue par téléphone permet un gain de temps énorme. Vous pouvez même aller le voir s’il est dans le même bâtiment. C’est quand même plus convivial de dire "merci" de vive voix, non ? D’ailleurs, une étude indique que si chaque anglais envoyait un e-mail de remerciement en moins, le résultat serait une économie de 16 500 tonnes de carbone par an. Allez zou les timides, on arrête de se cacher derrière son écran ! Vous pouvez également faire des vidéoconférences pour gagner du temps et réduire les échanges d'e-mails.

Enfin, dernier conseil qui coule de source : n’imprimez pas vos mails ! Vous avez assez d’écrans à portée de doigt pour vous passer d’un support papier.

Utilisation des cookies